Déc19

Entrevue avec Marin (1/2)

Catégories // Mer, Windsurf

Partenaires

Marin56 - Punta Testarella - Hiver 2009 - Credit : Caroline OrtoliTous ceux qui ont eu le plaisir de venir naviguer dans le Sud ont pu avoir l'occasion de le rencontrer. Marin 56 est un rider Corse à part. Certains ne le connaissent que par l'intermédiaire de son blog, très poétique et lié à la nature : http://www.marin56.canalblog.com

Dans cette série de deux articles, Corsica-Windsurf.com lui laisse la plume, et vous propose deux de ses vidéos. On y apprécie comme toujours une musique touchante voire troublante (de nombreuses pépites sonores sont à repérer sur son blog), des conditions plus qu'impressionnantes et des images des spots de l'extrême Sud de la Corse.




Que vous dire en présentant cette modeste vidéo, un vieux Clip arraché à la patience après maintes retouches, d’un vieux caméscope et d’un logiciel basique de montage vidéo ? Rien de nouveau si ce n’est-ce qui me tient à cœur : la Mer!

Une Île, la Corse, que la mer accueille, que les vents balaient et que les vagues soulignent comme un sourire . Une réalité qui se conjugue au quotidien et qui forge les jours, les hommes à l’orée de chacune de ses merveilleuses saisons.

Un terrain d’aventures aussi sans limites que celles que l’on se donne, inépuisable et toujours secret, propice à ces jeux d’enfants qui nous poursuivent le plus loin dans l’âge, pour le meilleur, qui sait, jamais pour le pire...

C’est ainsi que je conçois la mer, la nature et les éléments, un tout où l’homme et la vie se respectent dans le lent et long balancement des astres… Ces horizons, qui comme des promesses, ne sauraient souiller ni trahir une terre et ses rivages, purs et toujours préservés de la laideur grisâtre et bétonnées des faubourgs.


Ici, tout est invite, main tendue, appel de la nature à l’émerveillement et à l’exploration humble et recueillie de l'inhabituel, de l'inattendu, de la découverte. C’est pourquoi j’ai choisi l’expression, de ce que l’on nommait aux premiers jours du Windsurf,  "  la voile Libre ". Cet esquif vélivole sublime et magique qui nous porte dans les airs, sur l’eau et tout autour de la terre. Quand il nous vient ces folies de révolutions, d’ellipses autour d’un corps passager, d'un être intrépide avide d’espace et de temps, emporté au gré des déséquilibres envoûtants et enivrants que la glisse génère. C’est la Glisse essentielle, existentielle, l’exaltation des vertigineuses descentes en enfer sur les vagues sombres de Décembre ou l’ivresse des Grands Sauts vers l’Azur empli d‘espoirs et de soleils .

Il n’est rien de définissable, les mots sont impuissants à dire, à conter l’indicible, ce que l’on peut ressentir en marchant, en filant sur le mirage, le miracle de l'eau, le ciel des marins! Cette eau sur laquelle s'esquissent toutes les joies d’une harmonie Homme-Nature au gré des vagues et des longues distances entre les îles, à si grande vitesse, avec autant de légèreté.


Articles similaires



Réagissez à l'article