Mai11

Tour de Corse en roller : interview d'Aurélia Randazzo

Catégories // Roller, Terre

Tour de Corse en roller : interview d'Aurélia Randazzo

Partenaires

Aurélia Randazzo, est une athlète niçoise qui a réalisé recemment le tour de Corse en roller : un raid de plus de 800 kms au départ de Calvi et qui a duré plus de 10 jours.

Aurélia, pourrais-tu nous parler de ton parcours sportif ? Comment en es-tu venue au roller ?

Même si je n'ai pas fait de compétition, j'ai toujours pratiqué un sport. J'ai découvert le roller il y a 9 ans et j'ai bien accroché

Comment t'entraines-tu ?

Je fais du sport toute l'année, et,en plus du roller, je pratique la course à pied ainsi que le vélo de route.

Je n'ai pas d'entrainement spécifique, si ce n'est de ne pas se laisser aller et d'avoir une activité sportive régulière. Pour mes raids longues distances, que j'organise de préférence dans de beaux endroits, je mets l'accent dans ma préparation sur le renforcement musculaire, le cardio et l'endurance.

Qu'est ce qui t'as motivée à entreprendre un tour de Corse ?

J'ai travaillé en tant que technicienne de transport de sang et organes à Nice : pour sensibiliser les gens à donner leur sang, cause qui me tient à cœur, j'avais déjà réalisé un premier projet à roller au mois de juin 2011, une distance plus « modeste », Nice-Marseille, 280 Kms. Lorsque que l'on m'a demandé quel serait mon prochain projet, j'ai répondu : » le tour de Corse»! Un an plus tard, voilà le défi relevé et réalisé!!!

J'aime les challenges et le tour de Corse à roller n'avait jamais été fait : la Corse est une ile magnifique, un beau terrain de jeu pour les sportifs! Un parcours difficile qui rend le défi plus intéressant : 800 Kms dont 8700 mètres de dénivelé.

Qu'est ce qui a été le plus dur pendant la course ?

Le temps, qui n'a pas toujours été clément. J'ai démarré des journées sous la pluie, et pourtant, je ne pouvais pas me permettre de ne pas rouler, il fallait que j'avance !

Les routes aussi étaient loin d'être en bonne état. C'est fatigant de galérer sur un bitume ingrat, fait de trous, de cailloux...!

La Corse est en relief, le franchissement des nombreux cols n'a pas toujours été chose facile : dans ces moments là on puise la force et les ressources dans le mental ! On pense à notre but, et à tous ceux qui nous encouragent a l'atteindre. Soutien et encouragement sont des facteurs très importants !

Quels sont maintenant tes projets ?

Je prépare maintenant un autre challenge qui sera le tour de la Tasmanie, une ile en Australie dans le même principe : faire le tour par le littoral (1150km). Un pari un peu plus fou mais tout aussi intéressant!

Le sport est un moyen pour moi de voyager, de me dépasser, d'aller à la rencontre des gens et de partager avec eux des moments de vie.

J'aimerais aussi organiser par la suite des "road trip" dans le monde, par le biais du roller, un sorte de tourisme écolo où l'on découvrirait les pays en faisant du sport!

Merci Aurélia pour tes réponses et tous nos vœux de succès pour tes futures aventures !




Réagissez à l'article